Avec ses sociétés spécialisées dans la sécurité, le groupe EuroDV participe notamment à la sécurisation des banques, des industries et des prisons belges. Son produit phare, le Bunkerkit, est prêt à conquérir l’Europe après avoir séduit le milieu bancaire belge.

Dario Dalla Valle est l’administrateur délégué des sociétés du groupe EuroDV, qui regroupe quatre entreprises : Dalla Valle (fabricant de mobilier et entreprise générale d’agencement), Métal Quartz (menuiserie métallique de sécurité), Mecaprotection (filiale française du groupe) et la société Heinen (portes et compartimentage de sécurité) achetée à son propriétaire historique en novembre dernier.  Le groupe emploie une centaine de personnes dans des bâtiments de 11.000 m² et son siège social se trouve à Péruwelz. « Au travers de ses différentes entités, la mission d’EuroDV est d’apporter des solutions aux besoins de sécurité de ses clients. Et ce, grâce à des produits performants, fruits d’une culture d’innovation et de recherche technique », explique Dario Dalla Valle.

Dario Dalla Valle a commencé sa vie d’entrepreneur par le rachat d’une menuiserie tournaisienne en 1988 et n’a cessé de la faire évoluer. La société EuroDV constitue aujourd’hui un des leaders en menuiserie métallique dans le domaine de la sécurité. Les sociétés bancaires et l’état belge lui font confi ance pour équiper les agences bancaires et les prisons, en construction ou en rénovation dans notre pays.

En 2008, le groupe a entamé une profonde mutation car les institutions bancaires lui ont lancé un défi de taille : concevoir un nouveau produit à moindre coût, appelé à révolutionner le marché de la sécurité bancaire. Le Bunkerkit voit donc le jour et en 2012, il est primé au salon Expoprotection à Paris. Après avoir séduit les banques belges, le Bunkerkit part à la conquête de nouveaux marchés.

Coup de génie

photo dario

« Le Bunkerkit est un coup de génie, mais aussi une opportunité dans le contexte bancaire avant la crise. La banque ING voulait un système de sécurité novateur pour protéger les distributeurs de billets. Un système qui lui permettrait de changer son dispositif de sécurité facilement, d’où un gain de temps et d’argent. Toute l’équipe de Metal Quartz s’y est mise. Nous avons réfl échi ensemble et nous avons développé ce produit qui réduit les coûts de 30 % pour les banques, lesquelles ont divisé par quatre leurs investissements ces dernières années.

Le principe du Bunkerkit est simple : des panneaux verticaux et des éléments de plafond en acier blindé sont assemblés à la manière d’un meuble en kit pour former un local résistant à toutes les agressions. Le local pèse peu et peut être installé en une journée. De plus, il peut être démonté et remonté pour subir des modifications ou pour être déplacé. Nous sommes allés voir un mandataire brevet pour s’assurer que ce produit n’avait pas été créé ailleurs et, sur son conseil, nous avons déposé un brevet, ce qui n’était pas ordinaire dans notre culture d’entreprise. Les banques implantées en Belgique ont fait appel à nous, le Trésor public français aussi ainsi que des enseignes commerciales françaises et quelques banques étrangères (plus de 1.000 Bunkerkits posés pour un C.A. de +/- 18.000.000 €).

Notre succès sur le marché belge nous incite à poursuivre son développement sur le territoire européen. C’est notre ambition. Nous avons aidé le secteur bancaire en l’accompagnant dans ses économies grâce à de nouveaux produits standardisés donc moins chers et surtout récupérables au fi l du temps. La clé de la réussite est là : écouter le marché et s’y adapter constamment. Le Bunkerkit a fait évoluer notre société vers le haut et a décroché le prix de l’innovation dans la catégorie « Lutte contre la malveillance » au salon Expoprotection de Paris, une référence en matière de sécurité et l’un des trois gros salons organisés en Europe. C’est pour moi le gros coup de génie de ma carrière. »

Coup de force

« Au départ, nous avons démarré ce qui est devenu une politique de recherche et de développement avec les moyens du bord. Pour cela, je dois féliciter l’ensemble du personnel qui s’y est mis. Tout le monde a apporté sa pierre à l’édifi ce et cette volonté d’innover est restée présente au sein de l’entreprise. Cet état d’esprit nous a aussi permis de faire face à la conjoncture de manière sereine. Si le produit Bunkerkit a pu évoluer en fonction du client, nous avons aussi pu participer aux constructions et aménagements des prisons belges. Ce n’était pas gagné car l’État a édicté de nouvelles normes et nous avions six mois pour y répondre. Nous avons développé une nouvelle gamme de produits et nous avons réussi les tests imposés par le Ministère de l’Intérieur.

Nous sommes aujourd’hui présents sur quatre chantiers, dont par exemple celui de Marche où le maître d’oeuvre, Eiffage, trouve nos solutions intéressantes et pense déjà à proposer ces solutions en France avec un rapport qualité-prix et une technologie d’innovation qui permettent de s’adapter aux exigences très strictes imposées par les Ministères. »

Coup de gueule

« Les normes européennes font notre bonheur car cela nous permet d’investir dans des produits qui sont commercialisables sur toute l’Europe. Mais il y a un revers à la médaille : l’Europe essaye de se construire, mais fait le grand écart entre la gestion nationale et une gouvernance européenne. En témoignent par exemple les différences salariales d’un pays à l’autre. L’Europe ne se réalise pas assez vite, elle perd du temps à prêcher la bonne parole dans 28 pays où tout est différent. »

BIO EXPRESS

• Il fut chercheur aux facultés polytechniques de Mons, directeur de chantier au Burundi, Building manager à la CGER et fonctionnaire au service des études des eaux de la Région wallonne.
• Il fut aussi président de la Fédération wallonne des menuisiers belges.
• Il est juge au tribunal du travail, gérant de la société Dario&Co sprl (consultance et management), administrateur de la société générale de cautionnement, administrateur du groupe EuroDV.
• 1988 : il reprend la société Hovine à Tournai,
rebaptisée Dalla Valle en 1996.
• 2000 : il crée Métal Quartz
• 2010 : la société MecaProtection est fondée à Paris.
• 2012 : le groupe EuroDV rachète la société Heinen de Malmédy.

DU TAC AU TAC : DARIO DALLA VALLE

 La qualité que vous préférez chez un homme ?
« La confiance, la transparence, qui est essentielle dans toute bonne relation »

La qualité que vous préférez chez une femme ?
« La perspicacité, l’intuition féminine. C’est un plus dans le cadre d’un travail d’équipe ».

Votre principal défaut ?
« L’impatience, mais je me corrige avec le temps » !

Ce que vous voudriez être ?
« Un architecte qui laisserait une oeuvre magistrale à la postérité »

Le pays où vous désireriez vivre ?
« Au Burundi, là où j’ai vécu deux ans. Pour le climat, la nature et surtout le contact avec la population qui malgré la situation est toujours d’un optimisme désarmant ».

Vos héros dans la vie réelle ?
« Mon papa qui fut un exemple à tous points de vue ».

Votre domaine culturel préféré ?
« Le cinéma. C’est un art qui réunit la musique, la photo, le théâtre, la littérature… et beaucoup d’émotions. C’est l’association des différentes formes expressions artistiques ».

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?
« Le don des langues. Face à la mondialisation, ce don devient presque indispensable ».

La faute qui vous inspire le plus d’indulgence ?
« La gourmandise. Il faut être armé pour résister à notre époque de surconsommation ».

Votre devise ?
« Peu, mais bien. Soyons brefs, mais efficaces ! »

picto_email-large     Article CCI Mag en ligne : « Sécuriser l’Europe, une ambition de taille »

PDF_icon     Article CCI Mag : « Sécuriser l’Europe, une ambition de taille »