Les “panic room”, ces pièces blindées hautement sécurisées dans lesquelles on peut se réfugier en cas d’agression, existent aujourd’hui sous forme de kit et sont déjà opérationnelles dans plusieurs agences et bijouteries du pays, révèle vendredi la DH.

David Fincher en a fait un film avec Jodie Foster et Forest Whitaker. De la fiction à la réalité, il n’y avait qu’un cadenas à faire sauter. Les “panic room” devaient initiallement être imaginées dès la construction de l’habitation, au risque sinon de condamner toute une pièce si elles étaient installées ensuite. Aujourd’hui, elles sont proposées en kit par Métal Quartz, une société de Péruwelz, et sont déjà opérationnelles dans plusieurs agences et bijouteries du pays.

Tiger-kidnapping

Ces pièces en kit visent à conquérir le marché des entreprises, mais aussi des particuliers, comme des banquiers qui voudraient se protéger en cas de tiger-kidnapping. Ces pièces peuvent aussi servir de coffre-fort où ranger les objets de valeur durant les vacances ou être utilisées comme dressing en attendant un éventuel usage d’urgence, explique un ingénieur de Métal Quartz. (belga/7sur7)

PDF_icon   Article 7 sur 7 : « Panic room, du film à la réalité »